global

06/12/2010 | David reçoit son trophée de champion du monde

19/10/2010 | LA BMW OFFICIELLE DE DAVID FRETIGNE

29/03/2010 | David Casteu remonte dans les dunes

28/03/2010 | Une 1ère Spéciale trop rapide pour les 450

27/03/2010 | David CASTEU bien placé pour le départ de la première étape!

09/01/2017 | « Je vais combattre la douleur »

ETAPE: ORURO – LA PAZ  ANNULEE

               LA PAZ JOURNEE DE REPOS

 07/01/2017 et 08/01/2017

Aujourd’hui il n’y aura aucune activité dans ce très compliqué et difficile Dakar 2017 Argentine-Paraguay-Bolivie, où le pilote franco-uruguayen Laurent Lazard (KTM 450 Rallye), en dépit des fractures des sixième et septième côtes, reste toujours en compétition.

L’étape d’hier (07/01) a été annulée, bien que les pilotes se soient présentés au départ de la course. Le fait de ne pas courir a été très profitable pour Laurent car il a pu reposer ses deux côtes et avoir une meilleure récupération pour la deuxième partie de ce Dakar, qui sera, comme le décrit le directeur de course, l’Espagnol Marc Coma, un des plus difficiles.

Bien sûr, cette étape a été annulée, bien que les pilotes se soient présentés. Aujourd’hui, le fait de ne pas courir  a été très salutaire  pour Lazard afin de reposer ses deux côtes et d’avoir une meilleure récupération pour la deuxième partie de ce Dakar, qui sera, décrit le directeur de course, l’Espagnol Marc Coma, un des plus difficiles. Et il n’a pas eu tort, beaucoup de pilotes ont abandonné lors de cette première semaine dans toutes les catégories et nous pouvons penser que le record d’abandons sera battu à l’arrivée à Buenos Aires.

La deuxième partie de la course commence par une étape marathon, où les pilotes n’auront aucune assistance de leurs mécaniciens, ce qui les oblige à se débrouiller, pour non seulement finir l’étape de demain (09/01), mais aussi celle de mardi. L’étape de demain a été raccourcie en raison de fortes pluies.

« Heureusement, aujourd’hui, j’ai pu me reposer, ce qui m’a beaucoup aidé, non seulement pour le physique, mais aussi pour mes deux côtes fracturées. Il y a peu de temps, j’ai entendu dire que l’étape de demain allait être un peu raccourcie, ce qui m’arrange bien sûr, surtout pour mes côtes. Je sais que cela ne sera tout de même pas facile, je vais rouler au jour le jour et chaque fois livrer une bataille », commence  Laurent.

Chaque jour à venir il fera des contrôles avec l’objectif de continuer la course s’il peut supporter la douleur « Après l’arrivée, les médecins sont venus me voir pour voir si il n’y a pas de risque. Je pense que si je peux supporter la douleur, je vais continuer pour essayer d’obtenir cette neuvième médaille ».

Cette deuxième partie du Dakar sera encore plus compliquée que la première « Demain commence la deuxième semaine qui ne sera pas facile, apparemment encore plus compliquée que la première. Nous aurons encore une étape sous la pluie et en altitude. Heureusement, cette année, je me suis mieux préparé grâce aux conseils du Dr Guillermo Avellanal. L’altitude ne m’a pas affecté, à part le problème de respiration que j’ai à cause de mes côtes fracturées. En vérité c’est pénible, car physiquement je me sens bien, malgré cette grosse chute qui me fait beaucoup souffrir. Je ne suis pas fatigué. J’ai du mal à dormir parce que je dois rester assis. Je ne peux pas me plaindre parce que je sais que le Dakar est ainsi. Si c’était si facile, tout le monde le ferait et tout le monde finirait. Je vais me battre, je vais donner tout ce que je peux, faire ressortir la force des charrúas, je vais serrer les dents pour les sponsors, ma femme et ma fille et toutes les personnes qui, d’une façon ou d’une autre, me soutiennent ».

La septième étape commence très tôt, à 5h « Nous aurons une étape marathon où encore une fois, nous allons nous tremper toute la journée, sans assistance », a déclaré Laurent avant d’aller dormir.

Motos: Classement General Etape 6

Aucun texte alternatif disponible.

 

L’image contient peut-être : 1 personne, plein air

07/01/2017 | « La journée de repos sera bien méritée »

Etape 5 : TUPIZA – ORURO

06/01/2017

Une nouvelle étape qui se déroulait en territoire bolivien. Avec près de 450kms prévus de spéciale dans l’Altiplano bolivien, la fatigue a commencé à se ressentir « C’était très compliqué. Cette nuit j’ai du dormir assis car je n’ai pas pu trouver une bonne position par rapport à mes côtes. J’ai quand même pu dormir mais en prenant des médicaments. C’était dur, plus mentalement que physiquement ».

Les conditions météorologiques n’étaient pas du côté des pilotes, mêlant pluie, vent et froid « Dans la première partie de l’étape, il faisait très froid et il pleuvait. J’étais gelé, j’ai commencé à perdre ma motivation à cause de la douleur, de l’angoisse et un peu de désespoir. Puis j’ai retrouvé la motivation en pensant à des choses que j’aime, qui me motivent. C’est tout cela qui m’a permis de terminer l’étape ».

Concernant l’étape en elle-même, il raconte « C’était une étape avec beaucoup de navigation. Je me suis perdu à un moment parce que je me suis un peu déconcentré. J’ai rencontré Diego Licio, ce qui m’a permis de retrouver le bon chemin. J’ai essayé de ne plus penser à la douleur, je me suis concentré sur la navigation, et c’est ce qui me plait ».

Il reste encore une étape avant la journée de repos et pas des moindres. Avec près de 530kms de spéciale, la journée risque d’être très longue « Ce sont des batailles qu’il faut gagner une par une. Peu m’importe le classement, le but est d’arriver. Demain je prends le départ de la prochaine étape, et j’espère que demain soir j’aurai fini l’étape pour pouvoir profiter de la journée de repos qui sera bien méritée ».

Laurent attend encore son camion d’assistance, ralenti par les conditions météo « Ça va être dur car ça ne s’arrête pas de pleuvoir, je ne sais pas comment cela va être demain, pour l’instant le camion d’assistance n’est pas arrivé, je suis trempé, gelé, j’essaye de me réchauffer en prenant du café. Je tiens à remercier toutes les personnes qui me soutiennent, qui m’ont envoyé des messages, cela m’a donné la force de lutter et je vais essayer de donner le meilleur de moi même ».

Motos: Classement Etape 5

Aucun texte alternatif disponible.
Motos: Classement Général Etape 5
Aucun texte alternatif disponible.
L’image contient peut-être : une personne ou plus, moto, montagne, plein air et nature
L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air

07/01/2017 | « La chute était très forte »

Etape 4 : SAN SALVADOR DE JUJUY – TUPIZA

05/01/2017

L’étape d’aujourd’hui a permis aux concurrents de fouler le sol bolivien pour la première fois de cette édition du Dakar 2017.

Tout était bien parti pour que Laurent Lazard fasse une bonne performance. Il nous raconte « Je sentais qu’aujourd’hui pouvait être une étape pour moi. Je suis parti à la 53ème place après l’étape d’hier. J’ai commencé à accélérer, et dès les premiers points de navigations j’avais dépassé 10 ou 15 pilotes, j’étais content ».

Malheureusement, dans les premiers kilomètres de la spéciale, Laurent a chuté lourdement « Au moment où je suis arrivé dans les dunes, j’étais avec deux autres pilotes, un chilien et un argentin, quand tout d’un coup la moto a fait un mouvement vraiment bizarre, très brusque, comme une secousse, un peu comme en moto GP, et je me suis retrouvé en l’air, à 5 ou 6 m d’altitude. C’était au km 35 de la spéciale, dans les premières dunes. La chute était très forte, j’ai senti une grosse douleur au niveau des côtes et je me suis dit que je m’étais cassé quelque chose. Du coup j’ai pris mon temps, je suis allé voir le premier docteur que j’ai croisé et il m’a donné un calmant. J’ai terminé la spéciale, il restait encore 400kms. Maintenant je suis là (au bivouac), j’ai reçu les résultats, j’ai des fractures au niveau des côtés 6 et 7, ce que je supposais ».

Cette blessure oblige Laurent à revoir son objectif « Maintenant, la course va être différente, après avoir fait un bon résultat l’année dernière et un bon entrainement cette année, je voulais améliorer mes performances des années précédentes. Maintenant, mon objectif est de terminer la course. Je vais essayer de ramener ma 9ème médaille. Peu importe si je termine dernier, parce que, qu’importe le résultat, c’est l’envie de terminer qui prend le dessus ».

Malgré la douleur, la motivation est toujours présente « Je veux dire aux gens qui me suivent et qui me supportent que, quand je me suis levé et que j’ai senti la douleur, ça ne m’a pas traversé l’esprit d’abandonner, j’ai pensé à tous ces gens qui me supportent. De plus, j’ai une fille de 5 ans et je pense qu’il faut que je lui montre que, même dans les moments durs, quand on se retrouve dans la difficulté, il ne faut pas abandonner. Je ne veux pas dire qu’il faut tenter l’impossible mais il faut essayer de se surpasser et changer ses objectifs, il ne faut surtout pas renoncer. C’est pour cela que je suis encore ici, je vais vivre un Dakar au jour le jour, parce que je ne peux pas vous dire si je serai encore en course dans 2 jours ».

Quant à l’étape de demain, il raconte « Demain je prends le départ, nous avons 500kms de spéciale, avec des dunes, des cailloux, ce qui va être assez douloureux mais je vais faire de mon mieux ».

L’image contient peut-être : 1 personne, plein air

05/01/2017 | « J’ai gagné plusieurs places »

ETAPES 2 et 3 : RESISTENCIA-SAN MIGUEL DE TUCUMAN

                          SAN MIGUEL DE TUCUMAN-SAN SALVADOR DE JUJUY

03 et 04/01/2017

Deux jours totalement différents dans la deuxième et troisième étape du Dakar 2017 Paraguay-Bolivie-Argentine où le pilote franco-uruguayen Laurent Lazard (KTM 450 Rallye) a eu une évolution de ses performances malgré quelques difficultés, avec son camelback hier, et aujourd’hui où l’on pourrait dire que ce fut un véritable test du Dakar. Après avoir terminé hier à la position 77, il a fini 53ème aujourd’hui, et se trouve 58ème au général avec un temps de 10h08min35s à 02h32min05s du vainqueur, l’Espagnol Barreda Bort.

Comme nous le disions, hier il a eu des problèmes avec son camelback qui s’est cassé et il a craint pour sa santé car la température était de 48°C. Heureusement, il a pu résoudre le problème mais a perdu environ 10 minutes qui l’ont emmené loin derrière dans le classement.
Aujourd’hui, il y avait beaucoup de boue, ce qui a entrainé une petite chute du franco-uruguayen avec pour seul résultat de se retrouver couverts de boue lui et la moto.

Laurent raconte à propos de l’étape d’hier « J’ai eu des problèmes avec le camelback qui, malgré qu’il soit neuf, s’est cassé après 20 kms de spécial. J’ai alors décidé de m’arrêter car la température était d’environ 50°C et il fallait absolument résoudre ce problème pour que je puisse continuer à m’hydrater. Cela m’a fait perdre environ 10 minutes qui m’ont pas mal ralenti. Ca ne me préoccupe pas trop car j’ai préféré cela plutôt que de manquer d’eau ce qui est vital avec cette importante chaleur ».

Quant à cette troisième étape qui reliait Tucuman à San Salvador de Jujuy, il raconte « Aujourd’hui c’était vraiment une étape très difficile, très dure. Nous avons commencé avec du sable, c’était très fermé, avec beaucoup de navigation. Puis nous avons eu une liaison terrible. Il y avait de la neige, après les 30°C intenses du matin. Il faisait très froid et un violent orage est arrivé. Dans la dernière partie des 120kms de spécial il y a eu beaucoup de boue et j’ai fait une petite chute. Non seulement je me suis retrouvé couvert de boue, mais la moto aussi. Dans l’ensemble tout va bien. Je suis heureux parce que j’ai pu améliorer beaucoup de choses. Et cela ne fait que commencer. Maintenant, je veux voir ce qui se passera avec l’altitude. Heureusement je vais bien et la KTM est impeccable, seulement un peu de boue. L’équipe a travaillé énormément et cela me rend serein. Maintenant, il faut penser à l’étape de demain ».

Motos: Classement Etape 3

Aucun texte alternatif disponible.

Motos: Classement Général Etape 3

Aucun texte alternatif disponible.
Laurent Lazard
Laurent Lazard
Laurent Lazard

 

03/01/2017 | “Le rallye commence réellement demain”

02/01/2017

Hier, avec une présence importante du public, a commencé à Asuncion, au Paraguay, la 39ème édition du Dakar (la 9ème en Amérique du Sud) où on retrouvera une nouvelle fois Laurent Lazard qui participe avec une KTM à son 11ème Dakar (8 fois terminé). Aujourd’hui, après cette première étape, il se retrouve 73ème au classement général (et non pas 74ème comme l’ont annoncés certains médias).

Ce Dakar 2017, qui traversera le Paraguay, la Bolivie et l’Argentine, a été présenté par les organisateurs comme l’édition la plus difficile jamais effectuée sur le sol Sud Américain, et cela a été confirmé par le directeur sportif, l’ancien pilote espagnol Marc Coma.

Plus de la moitié du parcours passera dans des zones jamais traversées dans les précédentes éditions et l’accent a été mis sur le fait que les concurrents vont devoir bien utiliser leur GPS afin de pouvoir aller d’un endroit à un autre.

Pour Laurent Lazard, cette compétition il va affronter avec l’objectif de remporter sa neuvième médaille, c’est-à-dire parvenir à l’arrivée. Pour cela, il s’est préparé au cours de l’année précédente en participant à des courses en Uruguay et à l’international « En fait, je suis très motivé, très heureux de la réception que nous avons eu au Paraguay. Nous savons très bien que nous participons au plus difficile Dakar de tous ceux qui ont eu lieu en Amérique du Sud, où nous allons avoir de nombreuses étapes dures notamment en Bolivie. Cela me plait qu’il soit difficile, malgré le fait que je vais beaucoup râler, car c’est ce qui rend la course si attractive. La moto a été bien préparée et je serai assisté par la même équipe que l’année dernière, celle de Diego Licio, ainsi que mon mécano Daniel Olivera de Pando qui sera à mes côtés pour la deuxième année consécutive ».

La presse l’a placé comme un des principaux protagonistes puisqu’il est connu pour son énorme expérience et a ainsi donné plusieurs conférences de presse pour représenter la marque ELF.

Concernant son objectif principal pour cette année, l’uruguayen a expliqué qu’« Au début, l’objectif est de terminer la course, atteindre Buenos Aires. Je sais que je peux atteindre cet objectif car j’ai eu une bonne préparation en m’entrainant lors de compétitions en Uruguay ainsi qu’à l’étranger. Bien sûr, je ne veux pas me rendre fou à vouloir terminer à telle ou telle position. Comme toujours, je vais aborder les deux ou trois premiers jours tranquillement pour voir comment je me comporte, et je verrai par la suite comment je vais gérer l’altitude, qui est un sujet qui me préoccupe fortement car cela m’a joué beaucoup de tours lors de la dernière édition. Je tiens à remercier tous les sponsors qui m’ont fait confiance ainsi que les nombreux amis qui ont fait le voyage jusqu’à Asuncion pour me voir ».

Concernant l’étape d’aujourd’hui, qui reliait la capitale Guarani à la ville de Resistencia en Argentine, avec 454 kms de course dont 39 kms de spéciale, Lazard explique « Aujourd’hui j’ai roulé tranquillement, sans prendre de risque, car il y avait très peu de kilomètres, mais aussi car il est tombé beaucoup de pluie durant la nuit dernière. Les organisateurs nous ont prévenus qu’il y aurait certaines zones boueuses, avec beaucoup de puits. En vérité, à aucun moment j’ai pris des risques, j’ai seulement rattrapé 3 pilotes qui se trouvaient devant moi. Ça ne fait que commencer, petit à petit je m’adapte à la moto qui est impeccable. Le seul inconvénient est qu’il fait très chaud, terriblement chaud. Maintenant, j’attends les mécanos qui vont arriver un peu plus tard, afin qu’ils règlent deux petits détails sur la moto, et je vais me reposer car le rallye commence réellement demain », a finalement expliqué Lazard.

Classement 1ère étape :

Aucun texte alternatif disponible.

 

 
L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air

facebook