Archive pourr 2014

07/12/2014 | FINALE DU CHAMPIONNAT D URUGUAY D ENDURO

1441533_296664830543644_7856831837291832078_n
Le week-end dernier j’ai participé à la finale du championnat d’Uruguay et assuré ma 3ème place. J’ai décidé de participer avec ma moto de rallye , trop lourde pour ce type de terrain. Cela m’a beaucoup servi pour m’entrainer et être plus en confiance avec la moto.
Je suis également allé jusqu’à la course et revenu en moto, plus de 790km dans la journée.

07/12/2014 | SIX DAYS 2014 SAN JUAN ARGENTINA TEAM URUGUAY

01a D8P4899

01a D612468

02 DSC2676

03 D616325

03 DSC4939

10730975_1548589698711671_6285294055824615458_n

10807055_551879958275321_1415455476_n

14984705383_7492d9943e_o

J’ai participé aux Six Days 2014, Coupe du Monde d’Enduro par Pays, avec la sélection Uruguayenne. Malheureusement j’ai du abandonner le 4ème jour en raison d’une casse moteur, dans la poussière et la chaleur du désert Argentin.
Ce fut un excellent entrainement pour le Dakar 2015.

19/01/2014 | Laurent Lazard : Un Dakar de plus

Les rues de Valparaíso et le port pittoresque du Chili, se sont remplis de supporters qui sont venus admirer les pilotes qui ont réussi à terminer ce difficile Rallye Dakar 2014 Argentine-Bolivie-Chili. Les pilotes sont allés sur le podium sous les acclamations et les applaudissements du public.

Les vielles rues du vieux port de Valparaíso, à environ 120 km à l’ouest de Santiago, ont reçu un par un les concurrent qui ont réussi à terminer la course. Les supporters attendaient patiemment sans craindre le soleil de l’été austral pendant plusieurs heures dans le but de rendre hommage aux pilotes après cet épuisant Rallye.

Parmi eux se trouvaient deux motards Uruguayen. Laurent Lazard avec sa KTM a terminé son 6ème Dakar et se classe à cette dernière étape 53ème et 47ème au général.

Le Rallye a commencé le 5 janvier à Rosario (Argentine) et après avoir traversé en premier le Salar d’Uyuni en Bolivie, ils ont terminé au Chili après 9000 km sur 13 étapes de dure compétition.

Dans le centre de cette ville côtière, visitée par des milliers de touristes à cette époque de l’année, un circuit a été fait à travers les rues de Valparaíso où ont circulé les survivants du plus célèbre rallye du monde. Le rythme était plus calme que lors de la compétition et l’arrivée s’est faite sous les applaudissements et les acclamations des fans du Dakar.

« Je suis très content d’être arrivé, d’avoir terminé un Dakar de plus. Ce fut une édition très difficile. L’étape d’aujourd’hui était la même que l’année dernière, avec des passages rapides dans lesquels j’ai roulé tranquillement, car celui qui était devant moi était loin, et celui derrière moi aussi. J’ai roulé sans prendre de risques avec pour seul but d’arriver, d’être sur le podium pour la 6ème fois sur les 8 Dakar auxquels j’ai participé. Je suis arrivé 47ème au général parmi 49 quads, dont deux qui avaient fait un meilleur temps que moi », racontait l’Uruguayen Lazard.

Cette fois, il avait une moto qui ne lui a causé aucun problème « En fait, je suis content de la KTM. Vraiment fier. Je n’ai rien touché dessus, je n’ai pas changé le moteur ce qui était tout de même autorisé mais sous peine de 15 min de pénalité, c’est une moto très fiable. C’était ce dont j’avais besoin. Évidemment, je n’ai pas eu le niveau que j’avais il y a trois ans, mais je suis certain qu’avec un entraînement toute l’année avec cette moto (je la ramène en Uruguay) je vais pouvoir retrouver le rythme que j’avais les années précédentes. Je pensais que c’était fini pour moi, que j’étais trop vieux, que ma place était dans les 60, mais je pense que j’ai démontré que sans entraînement avec cette moto, j’aurais pu avoir de meilleures places dès le début à Rosario avec de l’entraînement ».Pour Lazard, ce qu’il a réalisé est positif « Oui, bien sûr. Après trois années qui se sont mal passées et le manque de confiance en moi, je n’ai jamais été dans les 60èmes cette année. Il y a deux ans j’avais terminé 62ème et cette année il y a eu une étape dans laquelle j’étais 35ème et plusieurs étapes dans lesquelles j’étais dans les 40. C’est pour cela que je dis qu’avec plus d’entraînement avec cette moto je pourrais prétendre à de meilleures places. De plus, j’ai très confiance en cette moto, elle me permet de rouler mieux et d’obtenir de meilleurs résultats. Je n’ai fait que deux chutes et j’ai roulé tranquillement. Je n’ai jamais été à 100% de ce que j’aurais pu donner ».

Ce résultat, c’est grâce à beaucoup de personnes que je l’ai obtenu « Je dois remercier ma famille qui n’a pu m’accompagner excepté lors de la journée de repos, mes sponsors qui à nouveau m’ont fait confiance, mon coach sportif Federico qui m’a félicité d’avoir bien terminé, la presse et mon mécanicien Gaetan qui depuis des années me suit et grâce à son travail de tous les jours m’a permis d’être là à Valparaíso. Une pensée très spéciale à « Nico » Rojas avec qui j’étais sur la Ruta 40″.

Une nouvelle médaille pour la collection de Laurent Lazard qu’il saura sans doute apprécier énormément après ce Dakar qui a été le plus difficile de toute l’histoire du Dakar.

13bis13ter

 

 

18/01/2014 | Laurent Lazard : Je me sens plus à l’aise

L’avant dernière étape du Dakar 2014 Argentine-Bolivie-Chili qui était de El Salvador à La Serena a eu lieu. Une étape de près de 700km dont la moitié était chronométrée. Le pilote Uruguayen Laurent Lazard avec la KTM a terminé à la 60ème place et se classe désormais 47ème au général.

Dans la première partie de la spéciale, c’était rapide puis il y a eu beaucoup de dunes. Pour Laurent Lazard tout allait bien, mais à la fin il a eu un problème qui l’a retardé quelques minutes.

« Aujourd’hui, je me suis senti plus à l’aise parce qu’il y avait beaucoup de dunes, et ce ne fut pas aussi ennuyeux que l’étape de jeudi » racontait l’Uruguayen Lazard.

Malheureusement sur la fin de la spéciale, quand il manquait très peu de kilomètres, il n’a pas trouvé un des Points de Contrôle « A 10 km de la fin de la spéciale, je n’ai pas aperçu le point de contrôle, je l’ai cherché encore et encore mais je ne le trouvais pas. Sur la feuille de route il était marqué à 340km et moi j’étais au km 345. Cela me préoccupais car je n’ai pas eu de pénalisation jusqu’ici et je ne voulais pas en avoir. Je suis reparti sur mes pas pour le chercher de nouveau, j’ai retrouvé le chemin et il était bien à l’endroit où j’étais passé. Je ne m’étais donc pas perdu et il était bien là. Ce qui s’est passé, c’est que j’étais dans les dunes, j’ai fait beaucoup de kilomètres et alors qu’il y aurait dû avoir affiché 340km il était affiché 342, ce qui m’a trompé pour trouver le Point Contrôle. J’ai perdu ainsi environ 15 minutes ».

Puis il a nous décrit comment s’est passée l’étape « Heureusement, elle fût totalement différente, aujourd’hui nous avons pu nous divertir contrairement à hier où l’étape était ennuyeuse. Nous avons eu environ 100km de dunes dans lesquelles j’ai pu prendre beaucoup plus de plaisir, il fallait une bonne navigation et pas seulement accélérer. La première partie fût une zone rapide et la dernière une zone de dunes. Je n’ai pas tout donné car nous sommes à un jour de l’arrivée finale et mon objectif principal est d’atteindre Valparaiso ».

Concernant l’étape de demain, il racontait « Elle sera comme l’étape de l’an dernier, nous aurons un peu de montagnes dans lesquelles il faudra être très prudent. Rappelez-vous l’année dernière, beaucoup ont été contraint d’abandonner dans cette étape, ce qui est une des plus grosses déceptions ».

Une dernière étape pour la fin de ce Dakar dont on se souviendra pour sa difficulté, et sur la ligne d’arrivée Laurent Lazard sera de nouveau présent et élèvera aux yeux, non seulement des Chiliens et des Sud Américains mais aussi aux yeux du monde entier, le drapeau de notre pays.

1212bis

17/01/2014 | Laurent Lazard : aider un ami en cas de difficultés

Aujourd’hui s’est déroulée la 11ème étape du Rallye Dakar Argentine-Bolivie-Chili, la dernière des plus compliquées et des plus longues de cette édition. Le départ s’est fait à Antofagasta pour finir à El Salvador, les pilotes ont dû faire face à une course de 749km dont 605km de spéciale.

L’Uruguayen Laurent Lazard continue sa course intelligemment afin d’accomplir son objectif, atteindre l’arrivée à Valparaíso ce samedi 18. Aujourd’hui il a terminé à la 59ème place et se classe au général 46ème.

Une étape qui n’était pas facile, avec des difficultés à cause du fesh-fesh, dans laquelle il n’y avait pas beaucoup de dunes mais plutôt des paysages arides. Une difficulté s’est ajoutée pour Lazard, il a dû s’arrêter à deux reprises  pour aider en premier Sergio « Oso » Lafuente puis le Chilien Jaime Prohens, ce qui lui a fait perdre du temps. Il a également fait une chute avec quelques égratignures à la jambe.

« C’était une étape ennuyeuse, non seulement pour le parcours, mais aussi pour le paysage, » commentait le pilote KTM.

Puis il a continué à propos de cette 11ème étape « On est parti très tôt, j’ai fait une chute peu après les 100 premiers kilomètres, dans laquelle je me suis un peu égratigné la jambe, mais rien de grave. Puis au kilomètre 200, j’ai rencontré « Osito » Lafuente, qui avait cassé sa couronne et je l’ai aidé afin de régler le problème. Je suis resté une vingtaine de minutes avec lui. Ensuite, il a repris la course avec moi. Je suis passé devant, mais je n’ai pas su jusqu’à mon arrivée, que finalement il avait abandonné. A partir de ce moment, j’ai continué tranquillement, mon corps commençait à sentir la difficulté de ce Dakar, je me sens fatigué. Vers la fin de l’étape, j’ai rencontré un autre ami, Jaime Prohens, je me suis arrêté de nouveau pour lui donner un coup de main pour voir si je pouvais solutionner le problème qu’il avait. J’ai perdu au moins 30 minutes pour l’aider, mais je ne suis pas déçu, car je pense que l’esprit du Dakar est en premier lieu d’aider un ami quand il est en difficulté. En plus d’être difficile, cette étape était ennuyeuse. Les étapes précédentes étaient difficiles mais on pouvait profiter du paysage par exemple. C’était une étape fatigante, longue, qui jamais ne se terminait et avec le fesh-fesh qui la rendait encore plus compliquée ».

En plus il y a eu des problèmes avec les camions « Ouiii, ils sont très gros et lorsqu’ils passent près de nous, ils nous font peur. Ce qui s’est passé c’est qu’immédiatement après nous, les camions et les voitures sont partis et beaucoup d’entre eux nous ont rattrapé, de plus nous avions des zones non chronométrées et ce n’était pas le cas pour eux. Ce qui explique qu’ils nous ont rattrapé et dépassé, de plus avec mes deux arrêts, j’ai été doublé plusieurs fois. Il n’y avait pas beaucoup de dunes dans cette étape, mais ce fut la seule chose de bien parce qu’après on a eu du  fesh fesh, de plus les voitures et les camions ont fait des traces très profondes qui engendraient des difficultés supplémentaires pour les motos ».

Concernant l’étape de demain, Laurent racontait  » La première partie est identique à celle d’aujourd’hui, ce qui sera ennuyeux, mais les 150 derniers kilomètres seront dans les dunes. Le seul point positif est que nous aurons 350km de spéciale seulement ».

1111 bis

 

facebook