Archive pourr 2014

16/01/2014 | Laurent Lazard : Nous avons pu nous divertir dans les dunes

Une nouvelle étape vient de se terminer, la 10ème du Rallye Dakar 2014 Argentine-Bolivie-Chili, d’Iquique à Antofagasta, dans laquelle le pilote Uruguayen Laurent Lazard (KTM) continue sa course et se classe 51ème. Cette étape était de 689km au total, dont 58km de liaison et 631km de spéciale. Il y avait des dunes, du fesh-fesh et une zone d’exploitation minière. Il se classe 48ème au général.

Une étape dans laquelle il s’est diverti car comme nous le savons, il aime les dunes et il y en avait sur beaucoup de km. Cependant, il y avait aussi ce terrible fesh-fesh, un terrain que personne n’aime avec une poussière très fine ressemblant à du talc.

« Ce fut une très longue étape, plus de 600km. Le point positif est que d’abord, sur environ 200km, nous avons eu des dunes. Nous avons pu un peu nous divertir, faire une bonne navigation. Puis vint la poussière du fesh-fesh, une sorte de talc, que je n’aime vraiment pas, ce qui m’a forcé à ralentir un petit peu. Ensuite j’ai commencé à entendre un bruit sur la moto que je n’aimais pas trop. Je me suis arrêté, j’ai regardé deux ou trois fois mais je ne savais pas d’où venait le problème. En fait, ce bruit provenait d’une petite pierre qui était entre la chaîne et le guide chaîne, une bêtise. Cela m’a un peu déconcentré et il a fallu que je lutte pour reprendre le rythme. Heureusement, nous étions dans la partie finale de l’étape, mais je suis un peu fatigué, j’ai mal partout, mais j’ai encore de la force et maintenant je pense à l’étape de demain qui sera la plus longue de ce Dakar. Nous savons tous que cette dernière sera un peu la grande représentation finale de ce Dakar. Heureusement, la KTM s’est encore très bien comportée, il y a eu juste ce petit bruit mais ça ne venait pas directement de la moto. Maintenant je pense seulement à terminer la course, faire les derniers kilomètres, en prenant soin de ne pas faire des erreurs qui pourraient m’arrêter avant la fin. Heureusement, malgré les douleurs qui commencent à apparaître, je me sens encore très fort ». Exprimait l’Uruguayen Laurent Lazard.

Demain aura lieu la 11ème étape, très difficile, avec beaucoup de kilomètres, dans laquelle les motos passeront certainement 7 à 8 heures uniquement dans la spéciale. Laurent est toujours dans la course avec un grand désir de terminer ce Rallye Dakar qui a été très dur jusqu’à présent.

10 10bis

15/01/2014 | Laurent Lazard : J’ai rapidement repris le rythme

Nous étions sûr, en le connaissant depuis longtemps, que le pilote Uruguayen Laurent Lazard (KTM) ne ferait pas de performance lors des deux étapes en Bolivie et que du moment où il reviendrait à basse altitude, il reprendrait un rythme normal.

Ce qui fût le cas, dans cette 9ème étape du Rallye Dakar 2014 Argentine-Bolivie-Chili après avoir parcouru 37km de liaison et puis débuté une spéciale de 422km qui a commencé à plus de 3000m d’altitude. Avant d’atteindre les côtes de l’Océan Pacifique, il a fallu traverser les dunes difficile du Désert d’Atacama sur près de 150km de course. Laurent a pris un meilleur rythme, il est arrivé 51ème au classement étape et se classe 48ème au général.

Le terrain était plus à son goût tout en étant très compliqué, avec des passages très moches dans lesquels il fallait faire très attention. L’étape s’est terminée sur une zones de dunes puis sur une dune énorme et escarpée de plus de 3km.

« Il m’a fallu un certain temps pour reprendre le rythme ce matin, mais je l’ai retrouvé rapidement. Bien sur, sans prendre de risques car il m’a fallu doubler de nombreux pilotes. A environ 300km, j’ai rencontré un ami Français qui avait des problèmes. Il m’a demandé de l’aide, ce que j’ai fait car sa batterie était complètement morte. Je l’ai remorqué avec une corde jusqu’à qu’elle se casse. C’est ainsi que j’ai perdu une dizaine de minutes et plusieurs pilotes m’ont doublé. A la fin, nous étions dans les dunes dans lesquelles j’ai fait une très bonne navigation. Tranquillement, sans prendre de risques, en faisant attention car aujourd’hui l’objectif est de remonter dans le classement, mais aussi et surtout d’arriver à Valparaíso. Nous savons que demain sera une longue étape comme celle de jeudi. Dans les conversations que j’ai eu avec les pilotes, ils disent tous la même choses, que l’altitude nous a pris beaucoup d’énergie. Tout ce que je désire est de continuer avec ce rythme qui donne des résultats », exprimait Laurent.

Il est très content avec la KTM « Je suis très content avec la moto parce qu’elle ne m’a causé aucun problème, m’a donné beaucoup d’assurance et maintenant je l’ai en main. Il me manque un peu de force physique car elle me semblait plus lourde. Je pense avoir commencé un peu tardivement ma préparation pour le Dakar qui a débuté fin septembre. De plus ce Dakar est très difficile, je sais que j’ai beaucoup de résistance mais pas suffisamment de préparation. Je ne suis pas épuisé mais un peu fatigué, cependant il me reste encore des forces ».

Concernant l’étape d’aujourd’hui, il nous l’a décrite « La première partie était une rivière à sec, suivi de chemins avec des endroits dangereux dans lesquels je me suis permis de les détourner de quelques mètres, car dans la dernière partie il y a eu un peu de Fesh-Fesh (c’est une poudre de sable volcanique « sorte de farine » qui reste flottante dans les airs et atterrie sur de grandes surfaces rendant le terrain instable). A la fin, il y avait de nombreuses dunes sur environ 40km avec beaucoup de navigation pour finir sur la fameuse dune d’Iquique de 3km ».

Son plan continue de le satisfaire et depuis son départ à aucun moment il s’en est détourné, l’objectif est d’arriver peu importe la place.

99bis

 

 

 

14/01/2014 | Laurent Lazard : Le président Morales était avec nous

Aujourd’hui a eu lieu la 8ème étape du Rallye Dakar 2014 Argentine-Bolivie-Chili dans laquelle les pilotes ont longé le Salar d’Uyuni dans une spéciale de 462km jusqu’à la frontière chilienne et une liaison de 215km jusqu’à Calama au nord du Chili. L’étape a été marquée par des chemins de terre et des terrains rocailleux, ce fut tranquille pour tous les pilotes car nous avons évité le passage, lors de la spéciale, sur le Salar d’Uyuni en raison des inondations.

Le pilote Uruguayen Laurent Lazard avec sa KTM a de nouveau souffert de l’altitude au cours de cette étape, avec de gros maux de tête et une sensation permanente de somnolence. Il a terminé 69ème alors qu’à certains points du parcours il était 66ème. Il se place 47ème au général.

« C’était une très longue étape, nous étions à entre 3600 et 4000m d’altitude. C’est pour cette raison que j’ai de nouveau ressenti les mêmes symptômes qu’hier, des étourdissements, de gros maux de têtes et une très forte envie de dormir. De plus, nous avons tous reçu hier soir une pilule que nous devions prendre avec nous, nous permettant d’uriner. Le but était de ne pas avoir trop de liquide dans le corps » a commencé à nous raconter l’Uruguayen Lazard.

Ensuite concernant l’étape et la KTM « Je ne me suis jamais senti bien, je n’ai jamais pu me concentrer ni prendre le rythme et tout me semblait si long. De plus la nuit dernière j’ai mal dormi à cause encore une fois de l’altitude. Heureusement la KTM était parfaite lors de cette étape marathon, j’ai seulement cassé une partie de la suspension, que je vais changer aujourd’hui. Heureusement que lors de l’étape de demain nous descendons pour terminer au niveau de la mer. Nous allons retrouver les dunes dans lesquelles je vais voir si j’ai la force de les affronter comme j’aime et prendre un peu de plaisir car jusqu’à présent c’était très monotone. Pendant ces deux jours, il m’a fallu beaucoup d’énergie. Heureusement aujourd’hui la course était facile, cependant c’était très long et très ennuyeux. Nous ne sommes pas passés par le Salar et nous avons dû le longer sur un chemin qui n’était pas très intéressant ».

Non seulement à l’arrivée hier soir mais aussi au départ de cette 8 étape, le président Bolivien Evo Morales était présent « Ce fut une des choses les plus importantes, la présence du Président Morales hier soir et à notre départ pour cette 8ème étape, mais aussi au point de ravitaillement. Il a serré la main de tous les participants et c’est très gratifiant pour les pilotes ainsi que pour le sport ».

Dès que nous sommes arrivés en Bolivie, le président de ce pays a réalisé l’ampleur de ce type d’évènement qui a eu un impact financier positif et il est déjà en pourparler pour que dans un avenir proche le Dakar traverse un peu plus la Bolivie.

Concernant Lazard nous verrons si demain, quand il sera descendu, il pourra reprendre le rythme et ainsi récupérer des places au classement.

88bis

 

 

13/01/2014 | Laurent Lazard : Avec un gros effort, j’ai pu terminer

Aujourd’hui a eu lieu non seulement la 7ème étape du Rallye Dakar 2014 Argentine-Bolivie-Chili mais aussi la première partie de la seconde étape marathon. L’Uruguayen Laurent Lazard, KTM, est arrivé à la 62ème place  mais il conserve tout de même sa 45ème place au classement général.

Une journée où la difficulté n’était pas liée au parcours mais plutôt à l’altitude. En effet, une grande majorité de pilotes se sont sentis mal car ils ne sont pas habitués, et ont dû recourir à une assistance médicale afin d’utiliser un masque à oxygène.

Ce fut le cas de Lazard qui, quasiment depuis le début de la spéciale, a commencé à ressentir de gros maux de tête, de la fatigue, avec beaucoup de somnolence. En arrivant à la fin de la première partie il ne pouvait presque plus maintenir la moto. Les médecins présents lui ont alors donné de l’oxygène et il a pu continuer. Mais de nouveau dans la deuxième partie il a recommencé à se sentir très mal, et même s’il a pu atteindre l’arrivée , il s’est rendu immédiatement à la tente des médecins pour utiliser un masque à oxygène.

« Quasiment dès le début de la spéciale j’ai commencé à ressentir les effets de l’altitude, j’ai eu de gros maux de tête et beaucoup de somnolence jusqu’à la fin de la première partie où je commençais à m’endormir complètement.  Je me suis vraiment senti très mal. A la fin de cette partie, on m’a donné de l’oxygène et heureusement je me suis senti un peu mieux, mais pas à 100%. Avec un gros effort j’ai pu terminer, et heureusement. La moto quant à elle se comportait très bien », racontait Laurent Lazard qui à ce moment là avait retiré son masque à oxygène.

Il ajoutait ensuite « Maintenant nous sommes auprès de « Osito » qui est à l’infirmerie, car lui aussi a également eu besoin d’oxygène, il va bien mais il pourrait être en meilleure forme. C’est parce que nous sommes à 3600m d’altitude. L’étape d’aujourd’hui n’était pas très compliquée mais ce qui nous a épuisé le plus est l’altitude et pour nous qui sommes habitués à vivre en bordure de mer c’est d’autant plus courageux ».

En ce qui concerne l’accueil en Bolivie, il déclarait « Il y avait une foule de spectateurs pour nous accueillir et même le président Evo Morales était présent. Nous avons eu un super accueil. Je ne m’attendais pas à tant de public et à un tel accueil ».

Nous lui avons demandé s’il allait se reposer maintenant « Oui, je vais prendre un peu plus d’oxygène, puis examiner un peu la moto, faire quelques trucs dessus, je vais boire beaucoup d’eau et je vais aller dormir pour bien me reposer. Heureusement, demain nous ne passerons pas par le désert de sel car il est complètement inondé à cause des fortes pluies tombées ces derniers jours ».

 

 

77bis

 

11/01/2014 | Laurent Lazard : Avec le mental et l’expérience

Après une cinquième étape extrêmement difficile, les pilotes ont réalisé une spéciale de 338km dans laquelle il n’y avait pas tant de difficultés, avec beaucoup moins de parties dures demandant ainsi moins d’exigences autant pour le physique que pour les véhicules.

Comme le sentait le pilote Uruguayen Laurent Lazard (KTM), dans cette 6ème étape du Rallye Dakar 2014 Argentine-Bolivie-Chili, de Tucumán à Salta avec un total de 464km, il est remonté dans le classement général.

Bien qu’aujourd’hui était une étape plus « facile », quelques accidents ont eu lieu. En effet, un Espagnol et le Chilien « Chaleco » López (qui était 3ème au classement général motos) ont dû abandonner. Lazard quant à lui continue avec son plan initial, rouler tranquillement, à un rythme rapide mais sans prendre de risques, en utilisant énormément le mental et son énorme expérience.

« Bien que la spéciale d’aujourd’hui était compliquée, je l’ai bien plus apprécié que la précédente », nous raconte Laurent « Le Lézard » Lazard. Il ajoute « Aujourd’hui, je me suis senti très à l’aise. Je n’ai eu qu’une petite mésaventure en tombant dans une rivière car j’ai voulu aller trop vite, je suis alors tombé dans l’eau. Non seulement j’ai perdu un peu de temps, mais aussi les places que j’avais pu récupérer auparavant. Je crois que j’étais à ce moment là 37 ou 38ème, mais ce petit incident m’a conduit à terminer 45ème. Cependant, je suis content, c’était un jour très positif, je me sens bien, je ne suis pas fatigué et j’ai encore gagné quelques places au classement. Aujourd’hui je peux dire que j’ai pris un peu plus de vitesse ».

De plus, il est désormais beaucoup plus à l’aise avec la moto, ce qui lui permet de prendre un rythme différent « En effet, je me suis beaucoup plus familiarisé avec la KTM, je connais ses réactions à tout moment, ce qui me donne beaucoup plus de confiance. Je subi un peu les conséquences de ne pas avoir pris confiance dès le début du Dakar, mais les choses se sont passées ainsi. Le premier objectif que je m’étais fixé était d’arriver jusqu’au jour de repos, avec une moto et un physique en bon état, heureusement, j’ai réussi ce qui me permet de commencer la deuxième partie en meilleure forme. Dès dimanche et jusqu’à l’arrivée finale au Chili, je vais continuer avec le même plan, peu importe ma position, la seule chose qui m’intéresse est de ne pas me tromper dans la navigation ce qui me permettra de remonter dans le classement général. De plus, je vais continuer la course avec mon mental et mon expérience, car il faut garder à l’esprit qu’il reste encore 7 jours à tenir ».

Aujourd’hui, c’était beaucoup plus détendu, car il a pu avoir une nuit avec 6 heures de sommeil et l’étape n’était pas si difficile « Je suis bien reposé, j’ai bien dormi la nuit précédente, et aujourd’hui ce n’était pas une étape aussi difficile que les précédentes, je me sens bien à presque 100%. Demain c’est la journée de repos, nous allons tenter de nous reposer le plus possible. En ce qui concerne la moto qui va très bien, nous n’allons pas changer le moteur car il est parfait. J’ai un nouveau moteur et si mon moteur actuel commence à perdre ne serait-ce qu’un gramme d’huile je le changerais. De plus, il faut garder en tête que c’est une KTM Rallye. Demain, nous allons effectuer une vérification approfondie, nous allons changer l’embrayage, la transmission et faire un bilan complet ».

Le seul Uruguayen encore en compétition en moto, Laurent Lazard, n’a pas perdu la raison dans sa course et son plan de rouler de manière contrôlée a donné de très bons résultats, c’est pour cette raison que c’est le pilote Sud-Américain le plus expérimenté sur le Dakar.

6

6bis

facebook