Lazard : Je ferai quelques changements pour 2014

Une nouvelle édition du Rallye Dakar “Perú-Argentina-Chile” se termine. Le pilote uruguayen Laurent Lazard, à bord de sa Yamaha, a terminé une course qui n’a pas été celle qu’il espérait en raison des problèmes qu’il a eu au tout début.

Laurent a terminé à la place 98, place qui ne veut pas dire grand chose, car il faut tenir compte du fait que dès la seconde étape il a dû partir en dernière position. Il s’est retrouvé derrière des concurrents qui ne voulaient  pas perdre de place et qui ne savaient pas qu’il était beaucoup plus rapide. Laurent n’est pas le seul a avoir rencontré ce genre de problèmes, beaucoup d’autres pilotes se sont plaints de ce genre d’attitude qui fait parfois prendre des risques inutiles ou alors oblige à rester derrière pour éviter un accident provoquant ainsi une perte de temps. La poussière a été un autre facteur très important car après le passage de certains, on la retrouvait en suspension dans l’air. Tout cela ne lui permettait pas d’avancer comme il le souhaitait. Mais après être parti à la position 183 le 6 janvier, il a tout de même terminé la dernière étape à la 74ème place et s’est classé 98ème sur les 123 pilotes qui ont pu terminer tout en ayant une pénalité d’une heure ajoutée aux six heures de retard.

Aujourd’hui, la cérémonie de remise des prix a eu lieu à Santiago du Chili pour l’ensemble des pilotes qui ont vaincus les 8.423kms de cette 35ème édition du Rallye Dakar, la 5ème sur le territoire sud-américain. Bien qu’un grand public était présent pour les accueillir, ce fut différent qu’à Buenos Aires. « Ce fut une cérémonie tranquille, il y avait un grand public, mais ce n’était pas aussi impressionnant qu’à Buenos Aires. Je pense que la plupart des gens était en vacances, ce qui explique qu’il y avait moins de spectateurs. Je suis content car j’ai reçu une médaille, nous avons donc bien travaillé sur la moto puisque je ramène un prix pour l’Uruguay ».

En ce qui concerne ce Dakar, il commentait : « Le fait d’atteindre la ligne d’arrivée d’un Dakar est toujours importante quant à l’expérience que cela procure en parcourant les 14 étapes, en étant le latino qui a le plus d’expérience dans le Dakar et en faisant parti des latinos qui ont réalisé le plus d’éditions sur le territoire sud-américain. Je suis content d’avoir terminé. Bien sûr, je ne suis pas à la place à laquelle j’aurais dû finir, mais je suis motivé pour continuer de travailler pour le Dakar 2014 et je ferai, bien évidemment, beaucoup de changements. En réalité, mon intention pour l’année prochaine était de courir en voiture, mais avec ce résultat j’ai envie de m’enlever cette épine du pied et de réaliser un bon Dakar en moto, car dans les dernières éditions je n’ai pas eu de chance. Bien sûr, il faut aussi voir le positif et l’énorme expérience que j’ai pu acquérir. J’ai terminé en très bonne forme physique,  grâce au travail que j’ai réalisé avec mon coach sportif. J’ai également beaucoup travaillé sur la navigation ».

Quant à l’étape la plus compliquée, le pilote de l’équipe Moto Team By Elf confiait « Ce fut l’étape de Fiambalá à Copiapó, où heureusement, le temps était couvert. Il pleuvait et nous n’avons pas eu à souffrir de la chaleur qui aurait dû être présente. Je suis sur que plus ou moins 20 à 30 motos auraient abandonné. Ce fut une étape courte au niveau des kilomètres, mais où nous n’avions pas une minute de répit. D’autres étapes étaient aussi exigeantes mais il y avait des endroits, des secteurs où l’on pouvait se reposer ce qui n’était pas le cas sur l’étape de Fiambalá. Il y avait de la boue, une rivière à sec, des dunes et des roches, c’était compliqué ».

Une chose importante a été la collaboration qu’a entreprit Laurent Lazard avec la Ligue Argentine de Lutte contre Le Cancer (LALCEC), puisque à chaque kilomètre parcouru lors de ce Dakar Total offrait un peso à cette institution. Laurent et l’argentin Eduardo Alan sont les seuls de l’équipe Moto Team By Elf à avoir pu terminer ce Dakar.

Nous sommes convaincus que Laurent Lazard, un pilote qui connait très bien ce qu’est un Dakar, aura en 2014 sa revanche et essayera d’effacer la malchance qu’il a eu lors de ces trois dernières éditions.

15 16 17

Laisser un commentaire

facebook