Laurent Lazard : aider un ami en cas de difficultés

Aujourd’hui s’est déroulée la 11ème étape du Rallye Dakar Argentine-Bolivie-Chili, la dernière des plus compliquées et des plus longues de cette édition. Le départ s’est fait à Antofagasta pour finir à El Salvador, les pilotes ont dû faire face à une course de 749km dont 605km de spéciale.

L’Uruguayen Laurent Lazard continue sa course intelligemment afin d’accomplir son objectif, atteindre l’arrivée à Valparaíso ce samedi 18. Aujourd’hui il a terminé à la 59ème place et se classe au général 46ème.

Une étape qui n’était pas facile, avec des difficultés à cause du fesh-fesh, dans laquelle il n’y avait pas beaucoup de dunes mais plutôt des paysages arides. Une difficulté s’est ajoutée pour Lazard, il a dû s’arrêter à deux reprises  pour aider en premier Sergio « Oso » Lafuente puis le Chilien Jaime Prohens, ce qui lui a fait perdre du temps. Il a également fait une chute avec quelques égratignures à la jambe.

« C’était une étape ennuyeuse, non seulement pour le parcours, mais aussi pour le paysage, » commentait le pilote KTM.

Puis il a continué à propos de cette 11ème étape « On est parti très tôt, j’ai fait une chute peu après les 100 premiers kilomètres, dans laquelle je me suis un peu égratigné la jambe, mais rien de grave. Puis au kilomètre 200, j’ai rencontré « Osito » Lafuente, qui avait cassé sa couronne et je l’ai aidé afin de régler le problème. Je suis resté une vingtaine de minutes avec lui. Ensuite, il a repris la course avec moi. Je suis passé devant, mais je n’ai pas su jusqu’à mon arrivée, que finalement il avait abandonné. A partir de ce moment, j’ai continué tranquillement, mon corps commençait à sentir la difficulté de ce Dakar, je me sens fatigué. Vers la fin de l’étape, j’ai rencontré un autre ami, Jaime Prohens, je me suis arrêté de nouveau pour lui donner un coup de main pour voir si je pouvais solutionner le problème qu’il avait. J’ai perdu au moins 30 minutes pour l’aider, mais je ne suis pas déçu, car je pense que l’esprit du Dakar est en premier lieu d’aider un ami quand il est en difficulté. En plus d’être difficile, cette étape était ennuyeuse. Les étapes précédentes étaient difficiles mais on pouvait profiter du paysage par exemple. C’était une étape fatigante, longue, qui jamais ne se terminait et avec le fesh-fesh qui la rendait encore plus compliquée ».

En plus il y a eu des problèmes avec les camions « Ouiii, ils sont très gros et lorsqu’ils passent près de nous, ils nous font peur. Ce qui s’est passé c’est qu’immédiatement après nous, les camions et les voitures sont partis et beaucoup d’entre eux nous ont rattrapé, de plus nous avions des zones non chronométrées et ce n’était pas le cas pour eux. Ce qui explique qu’ils nous ont rattrapé et dépassé, de plus avec mes deux arrêts, j’ai été doublé plusieurs fois. Il n’y avait pas beaucoup de dunes dans cette étape, mais ce fut la seule chose de bien parce qu’après on a eu du  fesh fesh, de plus les voitures et les camions ont fait des traces très profondes qui engendraient des difficultés supplémentaires pour les motos ».

Concernant l’étape de demain, Laurent racontait  » La première partie est identique à celle d’aujourd’hui, ce qui sera ennuyeux, mais les 150 derniers kilomètres seront dans les dunes. Le seul point positif est que nous aurons 350km de spéciale seulement ».

1111 bis

 

Laisser un commentaire

facebook